Pour nous le meilleur drone est un petit que vous pouvez utiliser partout (surtout en intérieur) et qui vous permettra d'appréhender l'espace. Dans la pratique, j'ai déjà coulé (hé oui coulé) 1 drone dans mon aquarium alors que l'ouverture n'était que de quelques centimètre. A l'époque, il s'agissait d'un blade nano que je maitrisé pourtant bien mais cela n'a pas suffit pour qu'il soit attiré comme un aimant dans cet aquarium. Vous le verrez, la pratique du drone nécéssite de la patience, du temps et un peu d'argent ! Si vous voulez attaquer plus vite avec du "lourd", on ne saurait que trop vous conseillez le tello de la marque dji qui n'est pas très cher (comptez une 100 aine d'euro). Il dispose d'une caméra et il est super stable. Vous passerez ensuite sur des modèles plus gros comme le Mini air 2 puis ainsi de suite ...  Bon courage !  

La réponse est clairement : NON ! 

En effet la pratique du drone nécessite de respecter les règles de la DGAC. Nous vous conseillons de lire cet article sur la réglementation. Cela dépends aussi du type de drone : certains sont adaptés à des conditions hostiles (vent, endroit difficiles d'accès etc ...) d'autres pas. De plus je vous laisse imaginer ce que peut donner un drone de grande envergure dans son salon.... vous l'avez compris : tout dépends du type de drone aussi. Attention la pratique est très réglementée. 

Si vous pratiquez le drone dans votre salon (avec de petits drone) pour appréhender le vol et les distances, l'assurance n'est pas obligatoire. 

MAIS lorsque votre terrain de jeu commence à s'agrandir, alors Oui il faut suivre les recommandations de la DGAC :

« Je vérifie dans quelles conditions je suis assuré pour la pratique de cette activité. »

En catégorie ouverte et avec seulement une déclaration de prises de vues, vous ne pourrez exploiter vos photos que dans le cadre bénévole (association ou autre...). Il vous faudra un statut pro pour pouvoir les commercialiser. 

La législation qui s'applique pour piloter un drone en catégorie professionnelle est stricte et nécessite quasiment les mêmes notions que pour le pilotage d'un ULM. 

Pour pratiquer en pro, vous devez  : 

  • connaitre la réglementation générale
  • connaitre la réglementation spécifique aux aéronefs télépilotés
  • avoir des connaissances générales sur les appareils télépilotés 
  • connaitre les instruments nécessaires au vol
  • avoir des notions de météorologie
  • des connaissances sur le facteur humain
  • La navigation 
  • Procédures opérationnelles
  • La communication 
  • ...

Quand vous serez télépilote pro, vous passerez plus de temps à comprendre les cartes et à faire les démarches administratives qu'à piloter !