Drone_rouge

D’après nos sources (voir le graphique ci-dessous), les drones commerciaux ont le vent en poupe. Ils sont en constante augmentation. Leur nombre n’a de cesse de s’accroitre.

https://lh3.googleusercontent.com/-Ja4XdetpOu4/YCprZhSOSpI/AAAAAAAAFLw/9ax-SxzWGMEmcaHZIMOvOgPvoz4FLV7LQCK8BGAsYHg/s0/2021-02-15.png
Statista https://fr.statista.com

La protection de la vie privée 

Ils nous rendent des services comme par exemple prendre des vues aérienne pour un agent immobilier, s’assurer du bon fonctionnement des infrastructures dans des endroits potentiellement inaccessibles. Utiliser les différents types de caméras (infrarouges etc…) pour mettre en évidence des informations capitales,  transporter des médicaments … Bref l’utilisation du drone a encore de beaux jours devant lui, mais qu’en est il de la sécurité.

On peut se dire que ce n’est pas si grave si un drone survole notre maison tant qu’il n’a prévu de se cracher dans son jardin…. Cela reste ennuyeux mais un drone équipé de caméra peut avoir un effet néfaste encore plus dévastateur.

En effet, imaginez qu’un pirate se procure ces prises de vues. C’est pour cela que la CNIL prend très au sérieux ce type d’infraction. Elle a même épingler le 12 janvier 2021 le ministère de l’intérieur (lire l’article sur la CNIL sanctionne le ministère de l’intérieur) pour avoir utilisé de manière illicite des drones équipés de caméra !

Le drone ne peut pas flouter en temps réel les personnes, or si un pirate se procure ces données cela va sans dire qu’il en va de notre vie privée !

Comment un pirate peut il récupérer les données ? 

Il faut savoir que le système embarqué sur les drones (qui est en constante amélioration) reste tout de même simpliste pour un pirate. Ce qui est normal car les constructeurs ne privilégient pas forcément la sécurité qui pourrait couter quelques grammes (précieux pour le vol). Un pirate, peut prendre le contrôle de votre drone ou intercepter les données qui transitent entre le drone et son opérateur. Il lui sera facile de récupérer des vidéos, des images ou d’autres données. Un drone pourra être détourné (en falsifiant le signal GPS) et le pirate pourra s’emparer de ce dernier pour récupérer toutes les informations dont il a besoin.

Un pirate pourra aussi prendre le contrôle du drone et s’en servir comme arme afin de le propulser contre des personnes ou bien des véhicules voir même pourquoi pas d’autres drones !

Pour le moment, la portée de piratage d’un drone est évaluée à environ 1km. Vu que les drones sont de plus en plus nombreux, on peut imaginer un pirate utilisant lui aussi un drone afin de pirater d’autre drone et pourrait former un essaim de drone qu’il pourrait utiliser comme arme. Les données qui transitent entre le drone et sa base ne sont pas chiffrées et ceux pour la majorité des drones du commerce.

Comment se protéger des pirates ?

D’après une célèbre société spécialisée en sécurité informatique, la pratique du drone nécéssite de se protéger en respectant quelques règles :

  • Mise à jour régulière du logiciel de votre drone.
  • Mot de passe fort pour votre application de contrôle du drone
  • Protéger son appareil qui se connecte au drone contre les logiciels malveillants
  • Utiliser un VPN pour les connexions internet
  • Votre drone doit disposer d’un mode RTH (Return To Home)

Existe t’il des contre-mesures ?

Il faut savoir qu’un drone rentre dans le champ d’application de l’agence européenne de la sécurité aérienne et donc est protégé :

  • On ne doit pas tirer sur un drone ou le toucher
  • On ne doit pas brouiller les signaux entre le drone et son opérateur.

Certains fabricants (DJI / Parrot par ex) proposent sur leurs machines des systèmes pour empêcher leurs drones de décoller si les conditions ne sont pas réunis comme par exemple la proximité d’un aéroport ou d’une centrale nucléaire.

Conclusion

Comme pour internet, les drones vont devenir bientôt indispensables à notre quotidien mais cela impose de rester vigilants sur leurs utilisations et cela dans tous les domaines.